L'hypnose soulève de nombreuses interrogations, et certaines croyances populaires sont susceptibles de donner une image erronée de ce merveilleux outil thérapeutique. Voici une série de questions que vous pourriez vous poser avant de consulter.

Après une séance d’hypnose tous mes problèmes vont disparaître sans que je n’ai rien à faire ?

Ce n’est pas faux, sans être toujours vrai. Votre participation en thérapie sera toujours déterminante, surtout pour des problèmes « graves ». Votre participation commence par votre demande à suivre une thérapie. Sans ce premier « engagement », le moteur/l’énergie du changement ne pourra pas se développer. Il est donc essentiel que vous fassiez vous-même votre demande de thérapie.

Ensuite, en Hypnose Ericksonienne (en fait, on devrait parler de « Nouvelle Hypnose »), il est préférable de collaborer avec votre hypnothérapeute – même si ces approches disposent de techniques pour gérer la « résistance ».

En Hypnose Humaniste, par contre, par principe, il vous sera demandé de participer – puisque c’est vous (en état augmenté de conscience) qui appliquerez ce qui vous soignera ! Autant on peut avoir une attitude de doute ou de défiance vis-à-vis de son thérapeute ou de l’hypnose en Hypnose Ericksonienne ou Nouvelle Hypnose, autant ce genre d’attitude empêchera la thérapie en Hypnose Humaniste, où vous serez traité comme des personnes adultes et responsables, désireuses (ou non) de vous soigner.

Donc, si vous participez à votre thérapie (même avec doute : on peut toujours douter, c’est de là que vient l’émerveillement, qui est une très belle chose), il est tout à fait possible de guérir d’une phobie, d’une allergie, d’un traumatisme ou d’une peur, même ancienne et tenace, en une seule et unique séance. C’est quelque chose qui arrive très souvent.

Ensuite, il est préférable d’avoir un suivi, même minime, avec la personne. La première séance d’hypnose permet de procéder à l’analyse du problème et de faire une première intervention (qui sera peut-être la bonne !). On vérifiera huit à quinze jours plus tard comment la personne se comporte et se sent, ce qui permettra de réaligner/solidifier certains éléments. Et finalement, une troisième séance permettra de constater le changement et de parachever le tout par une séance dynamisante, pour « aller mieux que mieux ».

En moyenne, en hypnothérapie, comptez  donc de trois à dix séances, rarement plus (sauf pour l’arrêt du tabac ou le traitement des allergies, où une seule séance suffit généralement).

Gardez en mémoire que les patients qui auraient dû suivre trois mois de thérapie changeront peut-être en trois séances, et que ceux qui nécessitent un traitement et un suivi rigoureux d’une dizaine d’année resteront peut-être quand même en thérapie dix mois ou un an. 

L’Hypnose soigne-t-elle ou guérit-elle ?

L’Hypnose soigne… Vous guérissez ! L’Hypnose est un outil que votre thérapeute utilise et vous apprend éventuellement à utiliser, c’est tout. Les résultats obtenus peuvent paraître « magiques » à une personne qui ne connait pas l’Hypnose, mais en réalité il n’y a rien d’extraordinaire là-dedans ! Comme avec tout outil, la valeur de ce que vous obtiendrez dépendra de l’art et la manière dont vous l’utiliserez. Et vous aurez beau avoir le meilleur thérapeute du monde, ce sera toujours votre esprit qui travaillera. Ce sera donc toujours vous le moteur du changement.

Un bon jardinier sait où et comment planter ses graines, mais n’a pas le pouvoir de les faire germer. Seule la vie sait faire cela. Et personne au monde ne peut forcer une graine à germer… Donc, l’Hypnose vous permet de semer vos « graines de changement » de la meilleure manière pour qu’elles germent. Ensuite, vous et la Vie faites le reste !

Il paraît que certains sujets ne se sont jamais réveillé...

L’état hypnotique est un état complètement naturel : votre cerveau possède depuis votre conception des zones dédiées à l’état d’hypnose (et certains animaux aussi). L’hypnose est un état naturel ET, en plus, un état d’équilibre : entre veille et sommeil… Comment voulez-vous que la personne ne retrouve pas son état d’éveil ordinaire ? Soit elle se « réveille » toute seule (si on peut dire, car on ne « dort » pas, en état d’hypnose). Soit, si elle a du sommeil en retard, eh bien elle se fait une petite sieste ! Mais cela n’a plus rien à voir avec de l’hypnose, là.

De très sérieuses études scientifiques, plusieurs fois reprises depuis une soixantaine d’année, montrent que même un sujet très sensible à l’état hypnotique, laissé seul, sort de sa transe hypnotique spontanément au bout de vingt minutes, en moyenne… ou s’endort paisiblement d’un sommeil naturel réparateur. En plus, dès que vous aurez expérimenté sur vous-même, vous vous rendrez bien compte que vous gardez un certain contrôle tout au long des événements. Très souvent, vous resterez conscient d’un bout à l’autre de l’expérience. Et lorsqu’il vous arrivera de « partir » franchement, c’est parce que vous aurez toute confiance en votre accompagnateur… et en vous-même !

On m’a dit que je n’étais pas hypnotisable…

L’état d’hypnose est naturel et chacun l’expérimente chaque jour sans le savoir, ne serait-ce que chaque soir en s’endormant (phase « hypnagogique »). Les neurologues pensent même qu’un état quotidien de « transe légère » (toutes les 90mn environ) est naturel et indispensable à l’équilibre mental et physique.

La personne qui vous a donc dit que vous n’étiez pas « hypnotisable » vous a donc raconté des bêtises et n’a tout simplement pas trouvé pour vous le chemin qui mène à cet état modifié de conscience.

Vous découvrirez par vous-même, au fil de votre formation ou lors de rendez-vous avec un bon hypnothérapeute, l’art et la manière de bâtir cette « voie royale » de découverte intérieure. Et vous apprendrez par la même occasion à vous prendre en référence en ce qui concerne vos limites et possibilités personnelles. Faites-vous confiance !

L'hypnose est-elle validée scientifiquement ?

Grâce à de nombreuses études, au développement de la recherche en neurosciences et de l'imagerie cérébrale, la science permet aujourd'hui d'affirmer que l'état d'hypnose est une réalité. C'est avant tout un état naturel de conscience modifiée correspondant à une activité cérébrale spécifique différente des états de sommeil, de somnolence ou de veille.

J'ai peur à l'idée de faire une séance d'hypnose, est-ce normal ?

C'est relatif à chacun. Malgré une reconnaissance et une utilisation grandissante de l'hypnose dans le domaine médical, celle-ci véhicule encore parfois des peurs liées à de fausses croyance ou une image pouvant paraître mystérieuse ou loin de la pratique en cabinet.

Vous pouvez vous interroger, éprouver une certaine nervosité à découvrir une technique que vous ne connaissez pas encore. Ce ressenti est tout à fait normal. Dans ce cas, n'hésitez pas à m'en faire part ou à poser toutes vos questions.

Y a-t-il des contre-indications à l'hypnose ?

L'hypnose est déconseillée pour les personnes atteintes de troubles psychotiques :

  • Schizophrénie

  • Paranoïa

  • Maniaco-dépression

  • Psychose

  • Trouble Borderline...

L’hypnothérapie constitue un outil thérapeutique particulièrement puissant, bien qu'il ne se substitue en aucune manière à un traitement médical ou psychiatrique en cours ou à venir.

Si vous êtes suivi pour raison médicale, informez votre médecin traitant afin de vérifier que vous ne présentez pas de contre-indications, même si elles sont rares, à la pratique de l’hypnothérapie.

Si je le juge nécessaire, dans votre intérêt et pour assurer votre sécurité, je peux vous adresser à un médecin mieux à même de traiter votre problématique avec toute la compétence nécessaire.

Que faire en cas d'impossibilité de vous rendre à la séance ?

Me prévenir au moins 48 heures à l'avance par téléphone ou par courrier électronique. Gardez à l'esprit que tout désistement prive une autre personne du créneau horaire que vous avez réservé. Toute séance d'hypnose annulée après ce délai est facturée.

Passé ce délai, toute annulation est considérée comme un cas de force majeure. Contactez-moi immédiatement afin de m'informer de votre situation et de reporter la séance à une date ultérieure.

Les imprévus arrivent à tout le monde, et dans le cas de nécessité absolue de votre séance, vous serez tenu(e) informé(e) dans les plus brefs délais.